Back to Real Kids

Real Kids - The Band
The Band

Side Bands - John felice, Primitive Souls, Varmints,...
Side Bands

Real Kids - discography
Discography

The Real Kids on compilations
on compilation

Real Kids links
links

OUT OF THE BLUES

interview Monique SABATIER - from Nineteen n° 25 (fev. 1988)

photo Alain DuplantierJohn Felice & The Lowdowns. Un peu long sans doute, mais il faudra bien s’y habituer puisque c’est désormais sous ce nom que s’offriront à nous les nouveaux exploits (en l’occurence un album, très bientôt) de ce cher vieux Real Kid. Son nouveau groupe s’était bien trouvé un nom plus percutant, mais des Primevals, New Rose en avait déjà à son catalogue, alors… Mais à changer, pourquoi ne pas être revenu aux Real Kids ? Comme le Taxi Boys l’avait fait en 82 pour venir en Europe sous une identité moins anonyme. Après tout un Felice et un Borgioli d’origine ne sont pas moins vrais que que Felice et l’Alpo venus s’échouer ici pour une tournée échevelée, une vidéo médiocre et un disque plein de bonnes chansons mais plutôt décevant au niveau de la production. Un pareil bilan avait fait tourner l’aventure en eau de boudin. Une chanson du nouvel album ne s’appelle-t-elle pas "I’ll never sing that song again" ? Un morceau qui ne dirait pas plus que son titre s’il ne s’achevait sur l’arpège d’intro d' "All Kindsa girls". Snif. Une page est tournée.

John Felice ‘Quand on est revenus d’Europe on a eu des problèmes : AIpo s’est barré, Billy Cole aussi, on ne décrochait pas de concerts. On s’était brouillé avec Patrick (Mathé de New Rose), on a pensé que comme on ne pouvait pas aller plus loin, il valait mieux arrêter les frais. J’ai continué à écrire des chansons mais j’étais trop déprimé pour chercher des musiciens, jus qu’à ce que Billy Borgioli vienne me demander de le rejoindre. Ca fait quatre ans maintenant qu’on a commencé les Primevals.

Primevals qui sont respectivement le joufflu Felice et Borgioli son vieux complice de la première époque des Real Kids en rupture de Classic Ruins, aux guitares, Martin Paul Rowland, avec eux depuis deux ans, à la basse et Pete Taylor qui, après avoir battu pour eux pendant trois ans, jusqu’à l’album, est parti maintenant.


Nothing Pretty, produit par Richard Harte, le boss d’Ace Of Hearts, ci-devant producteur des Lyres a les mêmes qualités et les mêmes défauts que ce qui est toujours sorti des mains de Felice et des siens : une production qui manque de punch mais des morceaux vigoureux, tout simples et mélodiques, l’école bostonienne quoi, avec en plus, haut perchée, avec juste ce qu’il faut de fêlure, l’incroyable voix de Felice. Une humeur plus cafardeuse peut-être, comme celle de ce morceau "Never sing..." ou de "Nothing pretty" qui donne son titre à l’album.

J.F. : Ca fait longtemps que je n’avais pas enregistré, depuis 83, dans l’intervalle j'ai écrit un tas de chansons que je voulais graver avant de passer à la suite. Et j’ai déjà plein de nouveaux morceaux pour le prochain".

Après un dernier regard en arrière pour exorciser les vieux démons, l’homme Felice ressort de sa coquille. Oui, en fait, il n’y avait aucune raison qu’ils s’appellent à nouveau les Real Kids. Et les Real Adults aurait fait décidément trop pompeux.

            Monique SABATIER
            from Nineteen n° 25 (fev. 1988)

Back to Real Kids

The Band
Real Kids - The Band

Side Bands
Side Bands - John felice, Primitive Souls, Varmints,...

Discography
Real Kids - discography

on compilation
The Real Kids on compilations

links
Real Kids links