Patagonia, Tierra del Fuego en castellanoLes indiens Alacalufs (Kawésqar)

famille alakaluf en canotSelon certains chercheurs, la terminologie Alakaluf réunit plusieurs peuples différents : les Alakalufs proprement dit (en deux groupes, ceux de la zone du milieu, et ceux du sud du canal de Magellan), et les Kawésqar, ceux-ci plus au nord. Il se peut que la confusion se doive au faible nombre d'études qui ont concerné ces populations avant qu'elles ne disparaissent totalement (il faut se rappeler que la région du seno Otway n'a vraiment été parcourue par l'homme européen que vers 1829), ou bien à une confusion avec les Chonos, un autre tribu maritime du nord des canaux chiliens, qui aurait disparu au 18ème siècle (bien que Tomas Bridges ait dit qu'il en avait vu en 1885) ; de son côté, Gusinde ne différencie comme tribus homogènes que les Alakalufs et les Chonos.
Des gisements archéologiques ont montré que ces régions étaient déjà habitées en 6.000 ans av.J.C. (Punta Baja, étude ethnologique de Dominique Legoupil, CNRS, France).

harponLa taille moyenne des Alakalufs était de 1,66 mètres (indiens pêcheurs de corps moyen et mal proportionné selon Juan de Ladrillo, 1557), et beaucoup de récit les décrivent comme taciturnes et tristes (ou même traîtres et menteurs selon certains missionnaires).

Lire ce que dit Jean Raspail des Alakalufs, sur le site de jm.Saliege
et sur le même site : ce que dit Francisco Coloane des Alakalufs

Il vivaient la plus grande partie de la journée dans leur canot, et à la tombée de la nuit, ils campaient sur les plages, dans une hutte.

Ils utilisaient le harpon, mais aussi la boleadora, à une, deux ou trois boules. L'arc, bien qu'ils savaient en fabriquer, n'était quasiment pas utilisé.

femme et enfantSeules les femmes savaient nager (comme c'était le cas chez les yamana), elles plongeaient à la recherche de fruits de mer, tenant un panier entre les dents ; elles allaient chercher le canot à la nage, car le canot était généralement laissé à l'eau, ancré au niveau des étendues d'algues. Dans le canot, seules les femmes ramaient, ce qui permettait au hommes de pouvoir rester à guetter, le harpon à la main, une possibilité de pêche (ce qui était aussi le cas de la femme yamana, ou de la femme selk'nam, transportant le campement, pendant que l'homme restait à l'affût, l'arc à la main).

L' owurkan , d'après Gusinde, pouvait être considéré comme un médecin, un shamán ou même un prêtre ensorceleur. C'est lui qui se chargeait de soigner les malades, de prédire le temps, et de maintenir une influence spirituelle sur les individus.

Emperaire a étudié les esprits alacalufes : Ayayema [qui] "quand il impose sa présence maléfique dans les rêves, dans les maladies, alors, il vaut mieux changer de campement et émigrer à une autre plage" ; Kawtcho, l'esprit rôdeur de la nuit, marchant sous terre pendant le jour ; Mwono, l'esprit du bruit, rodant dans les montagnes et les glaciers. Et alors que Emperaire a exposé que "l'existence d'un être supérieur et bon ne tient pratiquement aucune place dans leur vie religieuse", certains missionnaires, comme A.de Agostini, pensaient que les alacalufes croyaient en un être bon et invisible, Alp-láyp, auquel ils rendaient grâce quand ils avaient de la nourriture en abondance, et en un être mauvais, Alel-Cesislaber, un géant qui enlevait tous ceux qu'il croisait.

Ils croyaient qu'après la mort, les bons allaient dans un bois très agréable, où ils pouvaient manger à satiété tout ce qu'ils avaient apprécié pendant leur vie, alors que les mauvais étaient précipités dans un puits très profond, dont ils ne pouvaient plus jamais sortir.

quelques mots Alakalufes :

Soleil : Areló o aswál-sélas
Lune : Iacepáaiselop o ak'éwek-sélas
Nuit : Ac-kiói
Jour : Kala
Homme : Yp'pa o Hoiken
Femme : Ypacolis o Scherkrs
Un : Takau-Taku
Deux : Tilkanon
Trois : Uokels-a-tol
Quatre : Uokels-a-tol-uokels
Cinq : Teáku-taku

José Emperaire a étudié les différences du langue et du vocabulaire, selon les divers modes d'expression : langage expressif ou émotionnel (moquerie, relation entre mère et enfant), et langage non émotionnel (narration, récits autour du feu).


Photos : (clique sur la photo pour l'agrandir)

jour de fête
jour de fête

trois enfants  alakaluf    enfant alakaluf
Enfants jouants nus dans la neige, Puerto Eden, 1953
photo J.Emperaire

homme et femme alakaluf
homme et femme Alakaluf

famille alakaluf en canot
famille en canot

famille alakaluf en canot
famille en canot

femme alakaluf et son fils
mère et son fils

famille alakaluf en canot
famille en canot

alakaluf mangeant des galettes
mangeant des galettes

esperant ?
espérant quelque chose ?

hutte alakaluf
construction de la hutte

mère alakaluf et son fils
mère et son fils, vers 1920

femme alakaluf
femme alakaluf, Puerto Eden
(J.Emperaire, 1947)

femmes alakaluf
femmes alakaluf arrivant à la mine de Cutter Cove, 1907

femme dans son canot
femme dans son canot
(J.Emperaire, 1947)

Yinchihaua
Esprit du Yinchihaua avec un masque phallique(Gusinde)

Chaman alakaluf    Chaman
chamán
(Gusinde)

Yinchihaua    Yinchihaua
Esprit du Yinchihaua avec un masque cylindrique, avec un masque conique (Gusinde)

up


Carte | Tehuelche | Yamana | Selk'nam | Haush | Alakaluf | Patagonia, Tierra del Fuego en castellano

Casilla del SurCasilla del sur